image_avion.png

Le secteur aérien, cible de l'exécutif européen pour atteindre l'objectif de réduction des émissions de CO2

Vendredi, 18 Septembre 2020

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne a proposé un objectif de réduction des émissions de CO2 d’au moins 55% d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990. Mais comment y parvenir ? Le secteur aérien semble être l’une des cibles prioritaires dans la quête de cet objectif. 

La Commission soumettra dans les mois à venir des propositions législatives concrètes devant permettre une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre. Frans Timmermans, commissaire européen en charge du Green Deal, a déjà fait savoir sa volonté de s’appuyer sur une extension du marché du carbone européen au secteur aérien. Ce système d’échange de droits d’émissions de gaz à effet de serre et de quotas carbone a selon lui fait ses preuves. Il rappelle cependant la nécessité de « se doter d’un mécanisme d’ajustement aux frontières » afin de garantir des « conditions de marché équitables mondialement ». 

 

Ces annonces sont accueillies avec beaucoup d’inquiétudes par l’industrie aéronautique. En effet, le secteur aérien étant l’un des plus touchés par la crise du coronavirus, l’heure est plutôt à la recherche de solutions pour retrouver la confiance des passager.e.s. Or, dans le même temps, c’est probablement le secteur qui a le plus bénéficié des aides financières d’urgence fournies par les États. De ce fait il semble légitime d’attendre des investissements massifs dans la production de carburants propres ou dans la construction d’appareils moins énergivore. Il faut en être conscient, une restructuration de grande ampleur du secteur aérien est inévitable et le contexte actuel doit être vu comme une aubaine pour en dessiner les contours.