La Russie se range

Mardi, 12 Février 2019

En juin 2017, la Russie avait déclaré qu'elle ne ratifierait pas les Accords de Paris. Pour rappel, les Accords de Paris ont été signés par 200 pays, dont la Russie, qui par ce geste s'engagent à limiter le réchauffement climatique en-dessous des 2°C. Cependant, ces accords nécessitent une ratification nationale dont la procédure dépend de chaque pays et dans le cas russe, certains lobbys d'entreprises avaient fait pression pour ralentir le processus. 

Après la conduite d'un rapport présentant les pour et les contre de la ratification, celui-ci devrait être complété par un groupe d'experts gouvernementaux d'ici la fin du mois de février dans la perspective de le proposer à Vladimir Poutin. À la suite de cela, le gouvernement serait dans la mesure de proposer un texte aux deux chambres parlementaires, ce qui pourrait aboutir à une ratification formelle des Accords. 

Cette nouvelle est d'une importance capitale pour la poursuite des objectifs environnementaux puisque la Russie est à ce jour responsable de l'émission de près de 5% des gaz à effet de serre mondiaux. De plus, afin de conserver des bons rapports et échanges avec l'Union européenne, la Russie a tout intérêt à considérer cette ratification. En effet, la Commission avait annoncé l'année dernière qu'elle donnerait la priorité aux accords commerciaux avec les signataires des Accords de Paris qui ont ratifié le document formellement. L'exemple des relations entre l'Union européenne et le Japon, reprenant dans leurs documents une clause liée directement aux accords et à leur application, en est une preuve. 

Cependant, des réticences internes au sein du gouvernement sont déjà connues, ce qui laisse présager de longues négociations avant de voir naître une ratification russe. 

Pays: 

Monde hors Europe