À votre santé Président

Mardi, 5 Mars 2019

L'énorme multinationale Coca-Cola sponsorise la présidence roumaine au Conseil de l'Union européenne. Foodwatch, l'organisation européenne de défense des consommateurs, demande que ce partenariat cesse au plus vite. 

 

Que les présidences tournantes du Conseil de l'Union européenne ou d'autres institutions européennes soient financées et sponsorisées par des grandes marques ce n'est pas nouveau : en effet, en 2012 Chypre était sponsorisée par le géant Microsoft et la Grèce en 2014 l'était par la marque automobile Audi. Jusque ici, ces méthodes n'étaient pas décriées dans la presse, mais les connexions entre Coca-Cola et la première présidence roumaine posent des questions sur l'influence que la marque cherche à avoir sur les politiques publiques qui seront très bientôt analysées par les eurocrates. 

En effet, courant de l'année 2019, les responsables européens vont revoir les politiques alimentaires ainsi que l'étiquetage nutritionnel sur les emballages des denrées alimentaires. De plus, l'éventualité d'une taxe sur le sucre n'est pas à exclure des discussions futures. L'association Foodwatch, dans une lettre ouverte, souligne les dangers de la malbouffe et par conséquent l'inacceptabilité de ce partenariat « Alors que la malbouffe et ses conséquences désastreuses sur la santé constituent un vrai sujet de société, il est tout à fait inadmissible que la présidence du Conseil de l’Union européenne soit sponsorisée par Coca-Cola, estime l’association. En outre, cette collusion entre les instances de l’UE et les intérêts des entreprises mine encore davantage la confiance des citoyens dans la politique et les décideurs européens, alors qu’il est au contraire indispensable de renforcer la transparence et la démocratie en Europe ».

La problématique du financement de la présidence tournante par un État-membre est de notoriété publique mais celle-ci doit être régulée par une législation empêchant de tels conflits d'intérêts de se reproduire pour les prochaines présidences. Plus encore, les député.e.s européen.ne.s discutant actuellement de la fiscalité des multinationales, le partenariat entre la marque et la Roumanie ne peut durer sous risque de décrédibiliser l'ensemble du mandat. 

 

Pays: 

Union Européenne