social economy-future of the eu

Un Plan d’Action européen pour l’économie sociale

Jeudi, 7 Février 2019

Mercredi 6 février se sont rencontrés au CESE député.e.s européen.e.s et représentant.e.s européen.ne.s de l'économie sociale. La coopération entre les institutions européennes pour faire reconnaître l'économie sociale comme une composante nécessaire au paysage européen et la mise en place d'un Plan d'Action global ont été au cœur des débats.

La réunion a débuté par la présentation introductive de Luca Jahier, président du CESE au cours de laquelle ont été rappelés les efforts effectués ces dernières années pour faire reconnaître l'économie sociale notamment sur la prise en compte des entreprises sociales dans l'écosystème financier classique et sur les moyens accordés aux structures pour œuvrer à l'international.

Dans l'Union européenne, l'économie sociale c'est :

- 14 millions de personnes travaillant dans tous les secteurs.

- 8 % du PIB européen.

Suite à la crise financière de 2007, ce modèle s'est révélé être une économie résiliente, non délocalisable et en capacité de faire face aux défis sociétaux. L'Union européenne a modifié son approche envers l'économie sociale et des mesures et actions concrètes pour soutenir les acteurs commencent clairement à émerger

Les intervenants ont insisté sur deux points :

  • La reconnaissance institutionnelle de l'économie sociale : les représentant.e.s de structures ont pointé les difficultés pour développer des coopérations transnationales en raison de la rigidité du cadre juridique. Il est donc nécessaire d'établir une architecture juridique claire et sécurisée pour permettre aux entreprises et organisations d'opérer. La Commission européenne doit prendre des mesures concrètes pour soutenir les entreprises sociales.

 

  • L'organisation et la coordination en interne du secteur : les intervenant.e.s ont plaidé pour la mise en place d'un Plan d'Action à défendre auprès de la Commission européenne. Ce Plan sera défini en concertation avec tous les acteurs impliqués. En plus du cadre juridique, il est nécessaire de faciliter l'accès aux outils financiers, au numérique et également d'élargir les programmes européens de développement et l'accès aux fonds structurels pour les entreprises sociales.

Enfin, les préconisations tirées des échanges sont : 

  • Etablir un Plan d'Action des mesures à prendre dans l'économie sociale à présenter à la Commission.
  • Poursuivre le travail déjà entamé par le CESE sur un plaidoyer pour que les institutions adoptent une approche holistique pour aborder les défis sociétaux. 
  • Nommer un.e commissaire européen.ne de l'économie sociale et strictement dévolu.e à ce domaine.

Beaucoup a été fait dans la reconnaissance de l'économie sociale mais beaucoup reste à faire notamment sur les disparités à travers l'Europe. A l'heure du changement climatique, de la montée des populismes, de la défiance accrue des citoyen.ne.s envers les institutions, il est nécessaire de soutenir l'économie sociale. Au-delà d'une économie, c'est un modèle qui n'est pas celui de la réparation mais qui repose sur des valeurs sociales et démocratiques afin de faire avec et pour les individus.