Plastic_Water

La Commission européenne cherche à interdire les plastiques jetables

Mercredi, 6 Juin 2018

Visant à lutter contre la pollution et l'invasion des mers par les déchets plastiques, la Commission européenne a mis à jour une proposition de Directive à adoter pour mai 2019 qui aspire à interdire tous les produits en plastique à usage unique.

Les produits du quotidien (coton-tiges, assiettes, couverts...) ainsi que les équipements de pêche représentent 70% des déchets retrouvés dans les mers et océans en Europe, perturbant fortement les écosystèmes marins et les oiseaux. Quelques mois plus tôt, la Commission européenne avait publié une première stratégie s'attaquant aux déchets plastiques.

Dans cette proposition de Directive, plusieurs mesures importantes telles que l'obligation des États membres de réduire drastiquement la consommation des récipients en plastique dans les 6 ans après la transposition de la Directive dans la législation nationale. De plus, d'ici à 2025, les États seront tenus de collecter 90% de leurs bouteilles en plastique à usage unique. En vertu du principe de pollueur-payeur, les fabricants d'emballages devront contribuer au financement des traitements des déchets qu'ils génèrent indirectement. L'étiquetage pour informer le public des composants plastiques et la sensibilisation pour la gestion des déchets à la charge de l'État sont stipulés dans le texte.

La Commission européenne veut rendre l'industrie du plastique circulaire (avec des emballages en plastique recyclable) pour 2030 via l'adoption de la Directive. Cela pourrait engendrer 223 milliards d’euros de coûts évités associés aux dommages environnementaux et d’éviter 3,4 millions de tonnes d’équivalent CO2 émises. Cette proposition est saluée par l'ONG Zero Waste France qui déclare que c'est la première fois que le problème des déchets est abordé à la source. L'ONG estime néanmoins qu'il n'y a pas de chiffre pour préciser les objectifs de réduction d'emballages alimentaires et des gobelets.

Par ailleurs, la poursuite de politiques pour l'économie circulaire peut se réaliser grâce au changement de comportement des citoyen-ne-s. A titre d'exemple, l'Île grecque de Sikinos a remplacé ses pailles en plastiques par des pailles biodégrables.